TOUT IN HAUT DE CH'TERRIL


tout in haut de ch'terril par amadonia

Dins ches coron que’r’menue ménache, les mineurs viennent d’avoir leurs congés,
Prennent leurs valises et partent voyager, à la campagne pou vire leurs parentés.
Mi, comme les’z’autes, j’prinds mes bagages; et j’m’in va mais j’quitte pas min patelin
J’vos du pays de’l’manière que j’m’y prinds, sans débourser un sous d’train.
Et j’passe mes vacances tout in haut de ch’terril.
J’ai toudis d’la chance, l’terrain y est jamais pris.
J’monte eum’toile eud’tente, j’vis tout seu et j’m’arringe
Si i’fait gris et j’cante, euj’sus heureux d’faire du campinche
Euj’fais la popotte, j’sus bin mieux qu’à l’hotel,
J’mets comme les cocottes du rouche à mes ortels.
Du haut d’m’couplette, j'eum’cros à Chambery
Mais je’n’suis qu’au fait tout in haut de ch’terril.

Comme point d’vue, faut vire s’que j’dégote: les bos, les prairies des invirons,
Les villaches, les villes, nos corons; et j’eum'rince l’oeul et cha’m’coûte pas un rond
Su min feu’d’bos, j’fais tout’ m’gargotte: viandox, pommes-tierre frites, morceaux’d’lard,
Et j’ai monté trente-cinq lites eud’pinard, pou mi chucher in père peinard.
Et j’passe mes vacances tout in haut de ch’terril.
J’ai toudis d’la chance, dire s’que j’vos c’est à mi.
Quind arrive eul’soir, et j’vos venir zes’z’amoureux,
Is'z'attendent qu’il fasse noir, mais mi je n’les quitte pas des yeux.
Is s’in vont s’inlassant, ch’disant des balivernes,
Tout in s’imbrassant dins ches blés, dins ch’luzerne.
Is s’font des papoules, in s’appelant "Mon Chéri".
Et mi j’vos tout ça tout in haut de ch’terril

 Mais avant hier, j’n’ai point eu d’chance: dins seul coup, v’là qu’i’s’met à pleuvoir,
J’rintre à l’abri sous min perchoir, eum’tente elle pissot, ch’tot pire qu’in arrosoir.
Alors j’ai poussé la romance, j’ai sorti pour éviter l’cafard,
Et j’ai flûté cinq, six lites eud’pinard en berloquant comme un pochard.
J’ai dégringolé tout in bas de ch’terril.
Arrivé au pied, je m’suis relevé tout meurtri.
Sais pu comme j’ai fait, j’avos tellemint eune cuite,
À la place de m’barrette, j’avos su m’tiête eul’caudron à frites.
À force de bouler m’panche su les caillaux,
Y’a à chertaines places, il m’in manquot un morcieau;
J’ai mis un bout d’loque, j’sus pas prêt d’ête guéri.
Et j’sus armonté tout in haut de ch’terril

 "Alors pendant trente ans, le mineur campeur i’n’quitte pas sin cher terril.
Même pinsionné, il y va comme au passé. Seulemint aujourd’hui il est malade,
Eul’fosse ça l’a usé. Il est dins sin lit et les larmes aux yeux,
In ravisant in travers un carreau, i dit tout bas"

 Comme cha va vite, comme le temps passe; au terril j’ai campé bin d’z’années,
À’cet’heure, il faut l’abandonner, j’sus pus qu’un vieux mineur pinsionné.
J’n’ai plus qu’des oches dins m’carcasses. J’sus veilli, mes gambes sont ramollies.
Et par l’feniêtre, in étant dins min lit, in t’ravisant j’ai dit "C’est fini"

J’armontrai plus jamais tout in haut de ch’terril
Fini désormais, ch’médecin j’lai bin compris
Par quarante ans d’fond, mes poumons i'ont quéqu’osse
Plein d’poussières eud’carbon, in appelle ça: la silicosse.
Ch’est bintôt min tour, eud’partir comme tant de vieux
Eud’faire un long séjour, là haut près du bon Dieu.
J’espère qu’i m’laissera, quand j’s'rai au paradis,
Cor venir in vacances tout in haut d’min terril.

Partenaires